Copyright © G-ON Tous droits réservés

Humide d'une protestation

Une même histoire racontée de 99 façons différentes, c'est le défi relevé par Raymond Queneau avec son célèbre Exercices de style. Peu importe la simplicité toute anecdotique du récit initial... Cet ouvrage est une ode à la richesse infinie de la langue française. Un hommage facétieux, ludique, qui ne s'inquiète pas de malmener les mots, de pousser à l'extrême les figures de style, au point d'obtenir des récits parfois sans queue, ni tête, mais jamais sans esprit.


Qu'importe la logique du texte, c'est ici l'inventivité qui est célébrée. La langue n'est pas figée dans le marbre, c'est au contraire un outil de création et de plaisir. Suivant l'esprit de Raymond Queneau, nous vous proposons cette nouvelle rubrique, "Découvertes linguistiques", pour (re-)découvrir certains trésors du français, au gré des pages de ce génial recueil.


Snowball, personnage du film Comme des bêtes

Episode 3 : Humide d'une protestation


Dans l'exercice "Métaphoriquement".

Expression pour désigner un ton de reproche pas totalement assumé.


C'est bien simple : faites une recherche google pour cette expression, et vous ne trouverez rien d'autre que du Queneau. C'est l'inventeur à jamais génial de cette trouvaille linguistique, unique et pourtant si facilement intelligible. "Humide", un sentiment diffus, pas très confortable, pas très net non plus... Un seul et unique reproche, "une" protestation formulée à demi-mot, par un passager prêt à décamper. On pourrait même imaginer un postillon non contrôlé, renforçant ce sentiment d'humidité.


Extrait : "Un poulet au grand cou déplumé harangua soudain l'une, paisible, d'entre elles, et son langage se déploya dans les airs, humide d'une protestation."



Episode 2 : Se déplacer de conserve


Dans l'exercice "Litotes".

Expression pour désigner un groupe de personnes faisant quelque chose ensemble, car partageant un objectif commun. Probablement qu'ici, Raymond Queneau en a profité pour jouer sur l'image de sardines en conserve qu'offrent les passagers du bus.

Expression similaire : "se déplacer de concert".


D'après Le projet Voltaire, au XVIe siècle, les pirates qui sévissaient aux quatre coins du monde effrayaient tous les navigateurs. Afin de se protéger mutuellement face au danger, de nombreux bateaux choisissaient de sillonner les mers à plusieurs. Le verbe "conserver" est alors apparu dans le domaine de la marine, union de deux mots latins : servare qui veut dire garder, préserver, et cum qui veut dire ensemble. "Aller de conserve" est ainsi devenu par la suite une expression utilisée dans d’autres domaines pour désigner des personnes qui s’allient, avec un objectif et des intérêts communs.


Et contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, "de concert" ne fait référence ni à un orchestre ni à l’univers musical. Le terme "concert" se rapporte à son ancienne signification, à savoir un accord entre individus, tendant vers un même objectif.  Le mot dérivé "concertation" a d’ailleurs gardé cette idée.

En résumé, s’il y a eu concertation, il convient d’utiliser "de concert", sinon l’expression appropriée est "de conserve".


Extrait : "Nous étions quelques-uns à nous déplacer de conserve"





Episode 1 : Un rond de corozo


Dans l'exercice "En partie double".

Expression pour désigner un bouton.

Le corozo est une matière blanche tirée de la noix d'un palmier et dite ivoire végétale.


Extrait : "Il est et se trouve avec un ami et copain qui lui conseille de et l'incite à faire ajouter et coudre un bouton et un rond de corozo à son pardessus et manteau."