Jour 23 - "Il fait beau plusieurs fois par jour"

Préambule. Ce carnet relate les principaux épisodes du premier voyage du navire G-ON, conduit par les capitaines JAN et LACROIX, lors de la pandémie mondiale de Covid-19, officiellement reconnue comme telle par l'OMS, le 11 mars 2020. Il s'appuie sur le détail du quotidien de l'équipe (si possible apporté par ses capitaines, ses lieutenants et son équipage...) Le carnet a pour objectif de retranscrire l'image la plus fidèle de leur GRANDE AVENTURE...


Good Morning G-Oooooooooooonnnnnnnnnnn ! Bon réveil, bon petit-déjeuner, bon plein de vitamines ! Nous sommes le 99ème jour de l'année... Temps chaud et beau prévu pour aujourd'hui... comme hier ! Le soleil s'est levé à 7h13 et nous aurons 4 minutes de plus d'ensoleillement :) Nous fêtons les Julie Billiard, Constance, Constante, Régulières, et pour les Bretons, les Devans, Divans. Proverbe du jour : "La chandelle qui va devant éclaire mieux que celle qui va derrière "... Je complète notre "Good Morning G-ON" par un dicton : "La lune d'avril nouvel, ne passe pas sans gel". Mais aussi une citation : "L'élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime qui proclame : Je pense, donc tu suis" Ne pas oublier de dire que tout va bien tous les matins... avant ou après le café/thé... c'est comme on veut ;)  Et dans tous les cas, The Show Must G-ON ! Bonne journée à tous.

Journal du capitaine Gwenaël / mercredi 8 avril


Coucou ! Les chanceux campagnards !! 

Nous, on a même plus le droit de sortir faire un footing en journée :( Et dire que j'aurais dû être en Bretagne cette semaine en vacances... Un beau temps comme ça, c'est aussi rare qu'une éclipse de soleil !



Par contre, qu'on m'explique comment ça se fait qu'il pleuve moins en Normandie qu'en Corse ?



Allez, on s'y remet ;) On a un toit, à manger, un travail, et évidemment la santé, donc Baloo doit nous rappeler qu'il en faut peu...




Journal du lieutenant de bord Ronan / mercredi 8 avril


Salut à tous !!!

Quel beau temps ! Ça fait du bien d'avoir le printemps avec nous, les odeurs des fleurs envahissent le jardin, c'est juste magique !

Bon courage pour la journée.




Journal de l'ingénieur R&D Frédéric / mercredi 8 avril


Et oui, en matière de pluviométrie, ce n'est pas que la quantité totale qui compte (contrairement à d'autres comparaisons métriques...).

Il faut aussi regarder le régime de pluies, c'est le point le plus important pour dimensionner les ouvrages collecteurs d'EP.

En fait, en Normandie et en Bretagne (mais pas que), il pleut très souvent comme le montre la carte ci-dessous, qui comptabilise le nombre de jours de pluie par an (jours avec au moins 1 mm de pluie, ce qui n'est pas suffisant pour provoquer un ruissellement en zone urbaine).



En revanche, il y pleut beaucoup moins fort que dans le sud, comme le montrent ces cartes suivantes. Ce sont ces pluies très fortes qui provoquent malheureusement de graves inondations car elles sont très difficiles à gérer par les réseaux de collecte.



Par exemple, en Corse, il y a en moyenne deux pluies de + de 150 mm chaque année alors que ça n'est jamais arrivé en Bretagne ou en Normandie sur la période 1969-2018. La plus forte pluie à Caen depuis 100 ans (qui a causé les plus importantes inondations connues dans le centre-ville) s'est produite en 2013 et il a plu 80 mm... une pissée de chat (comme on dit chez nous) par rapport à ce qui tombe dans le sud.

Ainsi, en une journée de forte pluie en Corse (200 mm d'eau), il peut tomber 1/4 des pluies annuelles de Caen (en moyenne 800 mm/an). Les Corses ne s'y mettent pas souvent, mais quand ils s'y mettent, ils ne font pas les choses à moitié.

Quand je dis qu'on est habitué au beau temps en Normandie, c'est surtout parce qu'il fait beau plusieurs fois par jour...





Journal de la naturaliste Mona / mardi 7 avril

Point écologique du jour : saleté de chauves-souris !


Certaines études ont montré que les chauves-souris, et plus particulièrement le genre Rhinolophus, pourraient être à l’origine de la pandémie « COVID-19 » via l’intermédiaire d’un hôte dénommé pangolin, mais la preuve n'est pas encore réellement apportée (Andersen KG et al. 2020 in Nature Medecine). Le monde semble avoir oublié, aujourd’hui, que c’est peut-être bien les chauves-souris qui portent le secret de notre longévité ! (Foley et al. 2019 in Sciences Advances). Peu importe… ne jetons pas la faute sur ces bestioles extraordinaires !


Grand Rinolophe

Le nombre total d’épidémies et de maladies ne cesse d'augmenter depuis les années 1940 avec un facteur de 10. Cette propagation est liée à un accroissement de la population et du PIB qui menacent la biodiversité et favorisent les épidémies (Morand et al. 2014 in Confronting Emerging Zoonoses). Ces auteurs ajoutent même que notre développement (la destruction massive des habitats qui fait émerger ces pathogènes via la viande contaminée, chassée dans des milieux sauvages, puis vendue sur les marchés), et donc la mondialisation, peuvent avoir des effets délétères sur notre santé. Conserver une forte biodiversité et laisser la Nature en paix est un challenge, voire une guerre, que nous devons mener ! Et si vous cherchez un coupable dans tout cela, ce n’est pas Chiroptera spp. mais bien Homo sapiens sapiens, plus communément appelé "Homme moderne". Très bonne journée à toute l'équipe.








Copyright © G-ON Tous droits réservés