Jour 27 - Joyeux lundi de Pâques !

Préambule. Ce carnet relate les principaux épisodes du premier voyage du navire G-ON, conduit par les capitaines JAN et LACROIX, lors de la pandémie mondiale de Covid-19, officiellement reconnue comme telle par l'OMS, le 11 mars 2020. Il s'appuie sur le détail du quotidien de l'équipe (si possible apporté par ses capitaines, ses lieutenants et son équipage...) Le carnet a pour objectif de retranscrire l'image la plus fidèle de leur GRANDE AVENTURE...


Good Morning G-Oooooooooooonnnnnnnnnnn ! Bon réveil, bon petit-déjeuner, bon plein de vitamines ! Nous sommes le 104ème jour de l'année....Le ciel bleu ! Le soleil s'est levé à 7h03 et nous aurons 3 minutes de plus d'ensoleillement... merde, ça baisse :( Nous fêtons les Ida (c'était pas un nom breton du jour 103 ???) et pour les Bretons, les Karadeg, Karadoc, Karaoké. Proverbe du jour : "Ne charge pas tes épaules d'un fardeau qui excède tes forces"... Je complète notre "Good Morning G-ON" par un dicton : "Avril venteux rend le laboureur joyeux". Mais aussi une citation : "Il y a beaucoup moins d'ingrats qu'on ne croit ; car il y a bien moins de généreux qu'on ne pense". Ne pas oublier de dire que tout va bien tous les matins... avant ou après le café/thé... c'est comme on veut ;)  Et dans tous les cas, The Show Must G-ON ! Bonne journée à tous.


La pensée écologique du jour 25 de Mona : l'homme est-il une espèce invasive ?


Pour voir si l'homme est considéré comme espèce invasive ou pas, nous devons bien connaître les critères pour qualifier une espèce d’invasive : 1) Elle se propage hors de son milieu d'origine 2) Elle bouleverse l'écosystème où elle est introduite 3) Elle nuit aux espèces indigènes

Or d’après ces critères, l’homme ne peut pas être considéré comme une espèce invasive. Ce dernier n'a pas été introduit dans les environnements qu'il a colonisés, il y est parvenu par lui-même, sans aucune intervention extérieure. Son aire de répartition s'étend donc sur la planète entière.

Cependant, même sans réunir tous les critères d'invasion, l’expansion de l’Homo Sapiens s'apparente bien souvent, pour les autres espèces vivantes autour de nous (la biodiversité autochtone), à une invasion. Ce caractère invasif de l'homme par rapport à l’écosystème et sa biodiversité autochtone est fortement lié aux activités anthropiques, qui ont des conséquences directes sur l'environnement, soient : 1) L’épuisement des ressources 2) La pollution 3) La destruction des habitats 4) L'érosion de la diversité biologique (incluant la perte des services écosystémiques) 5) La dégradation des océans (notamment l’acidification) 6) Le réchauffement planétaire et les changements climatiques (incluant la hausse du niveau des océans) 7) L'altération des cycles biogéochimiques (azote, phosphore, eau) 8) La diminution de la qualité des sols 9) La déforestation 10) La désertification 11) La raréfaction de l'ozone stratosphérique (trou de la couche d’ozone)...


Le point écologique du jour 26 de Mona : Pour la première fois, l’Himalaya est visible à 200 km


En Inde, où 1,3 milliards de personnes sont confinées chez elles, l'Himalaya, qui abrite les plus hauts sommets du monde, est visible de très loin pour la première fois depuis trois décennies.

L'événement n'est par exemple pas passé inaperçu pour les habitants de Jalandhar ou de Sialkot, dans l'État du Pendjab en Inde. En effet, les habitants du Pendjab ont immortalisé le moment depuis leur région, avec de nombreuses images de l'Himalaya couverte de neige.



Le point écologique du jour 27 de Mona : corrélation entre mortalité et pollution


La corrélation de la mortalité avec la pollution (qui affaiblit les voies respiratoires) me semble forte, y compris à l'échelle de la France (Paris, "Grand Est"... - même s'il est difficile de tirer des conclusions à ce stade vu que la contamination n'a pas été homogène non plus).


A l'inverse, on remarque par exemple qu'à Mayotte, département le plus jeune et sans pollution de l'air, sur plus de 200 cas officiellement recensés (malades symptomatiques), il n'y a eu que 16 nécessités d'hospitalisation, et 2 morts (1%, deux personnes âgées et déjà malades), et une très large majorité de cas bénins (et sans doute encore plus d'asymptomatiques).


Le taux de mortalité outre-mer est de 0,01% : c'est plus de dix fois inférieur au taux métropolitain, alors qu'on peut difficilement imaginer une surévaluation de la prévalence par rapport au nombre de morts vu que les tests y sont encore plus rares. Aucun mort dans les TOM, malgré les nombreux cas recensés en Polynésie et Nouvelle-Calédonie.


En fait, les démographes devront analyser ces tendances, car beaucoup de faits corrèlent et créent des illusions statistiques : les zones les plus connectées (donc contaminées en priorité) sont souvent aussi les plus industrialisées, donc les plus polluées mais aussi les plus âgées, ainsi que les plus riches donc les plus dépistées. Il est bien trop tôt pour tirer de quelconques conclusions de la pluie de chiffres puisqu'il faudra voir les études statistiques d'après-pandémie.




La célébration du jour : Joyeux lundi de Pâques !




La bonne histoire du jour :


En polonais, bonnes fêtes de Pâques se dit "lany poniedzialek" ou "smigus dyngus". Et la tradition, c'est que tout le monde en profite pour régler ses comptes en s'aspergeant d'eau. Ça peut aller du shot au seau d'eau, tout dépend de la personne que vous avez en face ! La tradition veut que la personne arrosée ne doit pas se mettre en colère. Alors ce matin, quand j'ai entendu le robinet couler, j'ai sorti mon verre d'eau préparé la veille, attendu derrière la porte... On a gagné cette première guerre contre les Polonais, maintenant faut s'occuper du virus !



L'effet confinement du jour :




La question du jour : Qu'est-ce que c'est ?





La bonne idée du jour : les makis bretons !





La bonne idée du jour (bis) : L'application ISS Live Now, qui permet de voir une image en direct de la Terre, depuis la station spatiale internationale.






Copyright © G-ON Tous droits réservés