Minute poésie, papillon : Le matin


Le matin


J'aime le matin.

Où les bras couvrent en sommeil Comme le coton d'une physalide Où les draps s'ouvrent en éveil Comme le cocon d'une chrysalide

Où les lumières omniscientes inondent Les calmes romantiques de l'aurore Où les richesses impatientes abondent Aux âmes sémantiques de nos corps

Où s'isolent les cadrans ancestraux Aux silences des cuisines d'antan Où s'y lancent les cuillères chantant Sur les bols des enfants maestros

Où le vent ratisse les deuils d'un soupir Les sereins esprits naissent d'une pause Où rêves engourdis s'entreposent Et ressurgissent à l'aune du souvenir


Auteur anonyme

70 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Nous rions, nous trinquons..."

"Nous rions, nous trinquons. En nous défilent les blessés, Les meurtris; nous leur devons mémoire et vie. Car vivre, C'est savoir que tout instant de vie est rayon d'or Sur une mer de ténèbres, c'est