Tops et Flops du Bout du Monde - Episode 2

Je rentre d’un périple de 158 jours à l’autre bout du monde. La plus grande aventure de ma vie à ce jour. Mais difficile de raconter 5 mois de voyage, et encore plus difficile de rentrer dans un pays confiné sans pouvoir vraiment partager toutes ces expériences avec sa famille, ses amis, ses collègues. Heureusement, G-OFF est là et j’ai décidé de partager avec vous mes meilleurs moments, mais aussi les pires… Si vous avez des suggestions de tops/ flops, postez-les en commentaires, je tâcherai d’y répondre dans les prochains épisodes.


Pour cet épisode 2, focus sur ceux qui n’ont cessé de nous émerveiller (enfin la plupart du temps...) tout au long de ce périple, les animaux. Qu’ils soient à poils, plumes ou écailles, voici mon top animaux:


Les oiseaux. Ce sont eux que nous avons observés en premier dès notre arrivée à Sydney : dans le Jardin Botanique Royal, les perruches et autres cacatoès remplaçaient littéralement nos pigeons!


La vache est l’un des emblèmes de l’Inde. On la trouve déambulant dans les rues de toutes les villes, quand ce ne sont pas des buffles ou des chèvres. Avec leurs adorables têtes aux oreilles cassées, vaches et chèvres sont mes bêtes à poil coups de cœur d’Asie. Haaa mignonitude...On ne parlera pas ici de leur conditions de vie désastreuses et des mauvais traitements qui leur sont malheureusement infligés… vaches sacrées… la blague...


Presque autant adorés que détestés, les singes font également partie du paysage en Asie. De l’Inde au Japon, ils sont partout! Planquez votre nourriture et vos objets de valeur!!


Cutitude absolue et rencontres merveilleuses en Australie, pays des kangourous, et évidemment, des koalas. Hey, vous avez déjà vu un koala faire autre chose que dormir? Nous oui. Rappelons que ces petites boules de poils sont dangereusement menacées et que les incendies récurrents dans le pays aggravent le phénomène…



Les koalas ne sont pas les seules espèces menacées que nous ayons eu la chance d’admirer. En Nouvelle-Zélande, à Akaroa nous avons fugacement croisé quelques dauphins Hector (pas de photos désolée!). C’est la plus petite espèce de dauphin au monde, et il en reste moins d’une centaine… Toujours au pays de Kiwis, nous sommes une fois tombé sur un Kea, sorte de gros perroquet des montagnes et réputé très facétieux avec les promeneurs. Il est de moins en moins observé ces dernières années. A ma grande tristesse, nous n’aurons aperçu ni Kiwi à plumes, ni Kakapo (voir rubrique G-ONature pour les nouveaux), snif! Dernier volatile (enfin si on veut) de cette triste série, le Cassoar, sorte de dindon-autruche d’Australie que nous n’avons vu qu’en captivité, quelles couleurs!


Le milieu marin est un formidable réservoir de biodiversité, et nous en avons pris plein les mirettes! Inutile d’en dire plus, admirez:



Retour sur la terre ferme où nous avons rencontré le plus gros animal terrestre : l’éléphant bien sûr. Nous sommes tombés par hasard sur notre premier pachyderme au détour d’une rue en Inde, grosse surprise! Nous en avons vu d’autres qui trimballaient des touristes sur leur dos en Thaïlande. Les cruels traitements infligés à ces pauvres êtres nous ont révoltés. Les choses commencent à changer, mais c’est à nous touristes, de les impulser en arrêtant toute balade à dos d’éléphant. Nous avons visité un “sanctuaire” à éléphant en Thaïlande qui rachète des animaux captifs et en danger pour les mettre au vert. Les fonds proviennent des visiteurs de ces centres qui paient pour voir, donner à manger et se baigner avec les éléphants. Pour moi nous sommes encore dans l’exploitation animale même si je suppose que c’est un moindre mal pour l’instant...


Derniers nominés de cette catégorie top animaux, quelques drôles de lézards, certains surprenants, d’autres inquiétants, mais tous fascinants. Celui que vous ne verrez pas en photo: ce beau serpent vert pomme qui nous a effrayé sur l’Île de Koh Tao en Thaïlande (même si au final c’est lui qui a dû avoir le plus peur!).


Après les tops, les flops bien sûr! Honnêtement nous avons fait peu de mauvaises rencontres et la liste des pires animaux est peu fournie.


Les bestioles volantes : véritables cauchemars ambulants je parle évidemment des moustiques. Il y a eu quelques épisodes marquant de piqûres mais au final pas tant que ça. Entre insecticide dégueu, moustiquaire, anti-palu, et vêtements longs, pas de maladie à déplorer, seulement un bronzage raté! ;)

Autre bestiole de l’enfer : les mouches. Allez savoir pourquoi mais le désert rouge de l’Australie en est infesté, et là vous comprenez ce que vivent nos vaches et autres chevaux l’été.

Enfin, pour clôturer cette rubrique animalière, je citerais le cas de tous ces chiens errants et souvent dans un sale état en Inde, au Népal ou encore au Myanmar. Craintifs le jour, mais qui vous aboient dessus la nuit tombée, une amie s’est même fait mordre! (je ne vous raconte pas la galère ensuite avec le traitement antirabique…). J’ajouterais juste que dans ces pays, les bouchons d’oreilles sont vos meilleurs alliés la nuit. Ici je n’ai que des photos des chiens mignons à vous montrer (ben ouais parce que les chiens qui veulent te bouffer, tu te tires vite fait plutôt que de leur tirer le portait hahaha…)


“L’émerveillement constitue le premier pas vers le respect”. J’aime beaucoup cette phrase de Nicolas Hulot, et j’ai l’impression de l’avoir beaucoup expérimentée durant ce voyage. Plus je voyais de choses, plus mes convictions se renforçaient. J’ai regretté certaines expériences, mal à l’aise avec ma conscience. Mais ce que je regrette le plus c’est de ne pas avoir visité de réserve naturelle et animalière en Inde, Népal ou Thaïlande (faute de temps). J’aurais rêvé de voir de grands animaux dans leur habitat naturel et pourquoi pas croiser un rhinocéros (ou... un tigre, mais ils deviennent quasi mythiques...). Ce sera peut-être pour une prochaine fois!



Marine



Bonus 1 : Ils nous ont bien fait rire!


Bonus 2: Écureuil gourmand à Bangkok


Copyright © G-ON Tous droits réservés